+ services en département
 
 

Sécurité des parcs à trampolines

| Publié le 14 mai 2019
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

A la suite de plusieurs accidents graves survenus dans des parcs à trampolines, une campagne de contrôles a été réalisée sur l’ensemble du territoire.

Le secteur des parcs à trampolines est en pleine expansion et le nombre de leurs utilisateurs augmente constamment. Des accidents graves portés à la connaissance de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression de fraudes (DGCCRF) l’ont conduite à mener une enquête auprès de 147 établissements répartis sur 67 départements.

L’objectif de l’enquête était de vérifier le respect, par les responsables de la première mise sur le marché et les exploitants de parcs à trampolines, de l’obligation générale de sécurité à laquelle ces installations sont soumises.

  • Des anomalies ont été relevées par les enquêteurs dans 32,65 % des établissements contrôlés.
  • L’enquête a donné lieu à l’établissement de 62 avertissements et 10 mesures de police administrative.

Téléchargez la fiche de synthèse établie par la DGCCRF, à l’issue de cette campagne nationale.

En Bretagne

Les contrôles ont été réalisés auprès de deux parcs répertoriés dans la région.

Toutefois, avant le lancement de cette enquête nationale, un contrôle a été effectué dans le Finistère, à la suite d’un accident grave survenu dans un établissement de Quimper. Dans un premier temps, un arrêté municipal de suspension temporaire d’activité a été pris par la mairie de Quimper suite à l’accident.

Les services de l’État, DDCS et DDPP, ont réalisé un contrôle sur le site. Un arrêté préfectoral a été pris pour la fermeture temporaire de la zone « extrême » dudit établissement. Par précaution, le responsable de l’établissement a choisi d’étendre la fermeture à la totalité du parc.

Un avertissement a également été adressé rappelant l’obligation générale de sécurité, la nécessité d’améliorer la signalétique portée dans l’établissement à l’attention des utilisateurs sur la délimitation des différentes zones de trampolines et les consignes de sécurité sur les différents ateliers.

La mise en conformité a permis la réouverture du parc.

Comme au niveau national, les autocontrôles relevant des opérateurs ne sont pas totalement satisfaisants au regard des consignes données par les fournisseurs des matériels et de la sécurité des utilisateurs. Leurs obligations en la matière ont donc été rappelées aux professionnels sous forme d’avertissements, notamment auprès d’un établissement du Finistère.

Documents à télécharger :

--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics